L'activité va bon train à Jardin'enVie à cette période de l'année : préparation des sols et traitements biodynamiques, plantations, semis en plein champ... Toutes les activités nécessaires pour la mise en culture des légumes que vous retrouverez très prochainement sur nos étalages. Valérie, co-gérante de Jardin'enVie, répond cette semaine à quelques questions pour vous éclairer sur le parcours des semences produites du légume à la graine.

Quels sont les travaux supplémentaires pour aller du légume récolté à la semence vendable ?

Lorsque le légume destiné à la semence est rapporté à la ferme, plusieurs étapes sont encore à franchir :

  • on sélectionne la semence de base et la semence commerciale
  • on extrait et nettoie les graines selon des méthodes qui varient en fonction des espèces
  • on met à sécher les graines humides comme les tomates, les courges, les aubergines...
  • on trie les graines au tamis et à la colonne à air
  • on extrait un échantillon que l’on teste pour vérifier le taux de germination
  • on enregistre le résultat dans notre base de données
  • on ensache les graines destinées à la vente avec une balance de précision
  • on stocke le reste dans notre salle semences

Quel matériel spécifique aux semences utilisez-vous ?

Chaque étape de production nécessite du matériel spécifique :

  • cela commence par un étiquetage et un suivi détaillé du lot pour connaître l’histoire du lot tout au long de sa culture,
  • on utilise du matériel d’extraction comme une vis sans fin qui permet de séparer les graines de la chair et de la peau du légume,
  • on nettoie les graines avec des tamis de différentes tailles,
  • on les sèche sur des claies fabriquées avec du tulle tendu sur des cagettes,
  • on trie les graines avec une colonne à air que nous avons autoconstruit avec l’aide de l’Atelier Paysan,
  • on stocke les graines dans des sachets de différentes tailles,
  • on pèse les lots avec une balance de précision pour les lots de petit grammage précise au centième de gramme,
  • on stocke les graines dans une salle dont la température et l’hygrométrie sont contrôlés.

colonne a air2

Comment vous organisez-vous pour gérer la diversité des semences avec lesquelles vous travaillez ?

Nous utilisons différents outils informatiques pour gérer la diversité de semences. Il y a un fichier où sont répertoriées toutes les variétés et tous les lots de chaque variété. Selon l’étape de production ce fichier nous permet de planifier les cultures à la pépinière et au champ, puis de gérer les ventes et les sorties de stock, et de gérer les stocks de sachets prêts à la vente.

L’étape la plus cruciale est le plan de culture que nous établissons chaque année pour déterminer quelles semences doivent être mises en culture en fonction des stocks disponibles, de leur taux de germination et de la demande de production de légumes pour nos clients professionnels.

Nous travaillons en coopération avec d’autres artisans semenciers pour répartir la production et minimiser les risques liés aux intempéries et autres aléas de culture.

stock semences

Comment stockez-vous les semences et combien de temps ?

Nous utilisons une pièce de la ferme naturellement tempérée et isolée, où les sachets de semences sont rangées par ordre alphabétique.

La durée de stockage est variable en fonction des espèces et des lots. En effet, certaines années sont meilleures que d’autres : par exemple, une semence de tomate peut être conservée au moins 5 ans mais nous réalisons chaque année des tests de germination sur tous nos lots pour contrôler leur viabilité. C’est ainsi que certains lots de tomates de 10 ans sont toujours vendables alors que d’autres doivent être remises en production au bout de 3 ou 4 ans.
Lorsqu’un lot ne germe plus assez bien pour être vendu, nous le re-trions à la colonne à air et le re-testons. Lorsque cela ne suffit pas, nous déclassons le lot et en prenons un plus récent

Comment testez-vous la qualité de vos semences ?

Nous prenons un échantillons de graines de chaque lot que nous mettons en test suivant un protocole établi par l’ISTA international seed testing association.

Ces tests sont réalisés de différentes manières :

  • de préférence, nous les réalisons en condition réelle de culture à notre pépinière dans du terreau
  • en dehors de la période de production, nous réalisons ces tests dans des boites de pétri sur un support buvard dans une pièce dont l’éclairage et la température sont contrôlés. Différents types de supports sont utilisés selon les espèces : soit les graines sont déposées et réparties sur un buvard (top paper), soit elles sont mises entre 2 feuilles de buvard (between paper), soit pour les plus grosses graines comme les courges dans des buvards pliés en accordéon (plissed paper).
  • nous saisissons sur un fichier les différents lots testés et faisons plusieurs comptages en suivant le protocole préconisées par l’ISTA. Par exemple la mâche doit être mise une semaine au congélateur à -18° puis mise en boite de pétri 2 jours à température ambiante puis 7 jours au frigo à 5° et enfin, mise dans la salle de test à température ambiante.
  • sauf exception, les semences de l’année sont remises en production au champ pour vérifier qu’il n’y a pas eu de problème d’hybridation l’année précédente. Du coup, elles ne sont mises à la vente que l’année N+2.